Le match salaires contre dividendes : qui gagne?


En tant que dirigeant d'une SA/SAS, vous n'êtespas touché par la récente réforme des dividendes perçus par les TNS qui sont désormais soumis à cotisations sociales. Alors salaires ou dividendes ?

Comparons....

Quelle imposition ?

Salaires et primes... Les rémunérations sont soumises à l'impôt sur le revenu après un abattement de 10% (sauf option pour la déduction des frais réels si elle est plus avantageuse).

Et les dividendes ? Les dividendes sont soumis à l'impôt sur le revenu après un abattement de 40%. L'abattement de 1 525 € (3 050 € pour un couple) a été supprimé.

Notez qu'un prélèvement forfaitaire non libératoire de 21% est prélevé à titre d'acompte, sauf demande de dispense si votre revenu fiscal de référence n'excède pas 50 000 € (75 000 € pour un couple).

Ils sont par ailleurs soumis aux prélèvements sociaux (CSG-CRDS) au taux de 15.5%, étant précisé que cette somme est déductible à hauteur de 5.1% l'année suivante.

Comparons !

Postulat de départ. Une société dégage un bénéfice de 100 000 € (avant rémunération du dirigeant).

Le dirigeant est marié et sans enfants, son conjoint n'a pas de revenus.

Il veut s'attribuer l'intégralité de cette somme.

Est-il plus avantageux de la percevoir sous forme de salaires ou de dividendes?

Le versement en salaires

Le versement en dividendes

Les salaires battus par KO !

Mais une mixité indispensable...

Le piège du "tout dividende" pour vous !

Il ne faut pas pour autant tomber dans le piège du "tout en dividendes". En effet, contrairement aux dividendes, les salaires permettent de vous assurer une protection sociale.

Il devient généralement intéressant de se rémunérer en dividendes au-delà de 30 000 € de salaire par an.

Conseil. La meilleure solution est de tirer avantage des deux systèmes en percevant à la fois des salaires et des dividendes.

Mais aussi pour votre entreprise. Si les salaires sont déductibles pour l'entreprise, les dividendes ne le sont pas. Par conséquent, si vous payez moins d'impôt en tant que dirigeant en privilégiant les dividendes, votre société en payera plus : 26 345 € dans notre exemple alors qu'elle ne paie pas d'IS en vous versant des salaires.

Conseil. Préférez les dividendes tant que le bénéfice de la société reste inférieur à 38 120€ pour qu'elle profite du taux réduit de l'IS (15%).

Fiscalement, les salaires ne peuvent faire face aux dividendes. Il ne faut toutefois pas faire abstraction du fait que seuls les salaires vous assurent une protection sociale.

Vous rémunérer selon ces deux modes, selon un dosage propre à votre cas, est source d'optimisation à la fois pour vous et votre société!

Posts récents
Archives